Central Water Authority : un comité d’enquête institué pour faire la lumière sur Rs 400 millions de variation

Par Thierry Laurent O commentaire
CWA

Six projets de la Central Water Authority (CWA) sont examinés par un comité d’enquête. Selon la direction, ils comportent d’importantes zones d’ombre et auraient été réalisés sans respecter les normes de bonne gouvernance.

Des projets réalisés dans les régions centre et ouest font l’objet d’investigation à la CWA. Il s’agit de projets qui ont pris des mois, voire des années de retard au niveau de leur livraison et qui ont subi plusieurs millions de roupies de variation. « Cela représente environ Rs 400 millions », confie une source au ministère des Services publics. C’est sous la supervision d’un ingénieur du ministère et de Sulaiman Hansrod, président du conseil d’administration de la Wastewater Management Authority (WMA) que ce comité d’enquête s’est réuni pour la première fois vendredi.

« Il s’agissait d’une prise de contact pour vue étudier ces six projets qui comptent des failles tant au niveau du costing que des exercices d’appel d’offres », explique notre source.

Parmi les projets examinés : la connexion des conduites entre le Bagatelle Dam et la région de Belle-Rose ; celui de Midlands, toujours concernant la connexion de ce réservoir à la région de Piton-du-Milieu. Un autre projet touche au remplacement des tuyaux dans le sud-ouest. Des manquements ont été notés dans l’allocation des contrats et dans la variation des coûts. Le comité se penchera aussi sur un projet de connexion entre Palma et Magenta.

Sollicité pour des explications, François Desmarais, président du conseil d’administration de la CWA, explique que « l’organisme ne peut se permettre de faire l’impasse sur ces manquements impliquant des millions de roupies d’investissement. Certes, nous ne mènerons pas une chasse aux sorcières, mais il est de notre devoir d’être convaincus de l’intégrité des projets que nous finançons. Les variations sont inévitables dans certains cas, mais sont inacceptables dans d’autres. D’où la nécessité d’une enquête ». Si le président s’est refusé à avancer un montant exact de ces variations, il souligne que « les projets de la CWA se chiffrent généralement à des centaines de millions de roupies ».

Le comité d’enquête disposera de trois mois pour ses travaux avant de soumettre son rapport au ministère de tutelle. Des ingénieurs de l’organisme et des membres du Bid Evaluation Committee seront invités à fournir des explications.