Budget 2016-17 – Nouvelle ère de développement: comment votre quotidien va changer

By Sanjana Bhagmal-Cadervaloo O commentaire

Dans l’ensemble, les mesures budgétaires annoncées par le ministre des Finances sont accueillies avec optimisme par les représentants de la société civile et du secteur financier. Toutefois, il s’accordent tous à souligner qu’il est important de « walk the talk » afin que la population sorte vraiment gagnante de cet exercice et que les déclarations d’intention de Pravind Jugnauth s’inscrivent dans le concret.

Pour l’économiste Vishal Raghoobur, il faut que les actions annoncées soient soutenues dans le temps. « Il faut maintenant s’assurer que les stratégies et mesures annoncées par Pravind Jugnauth vendredi après-midi soient appliquées d’une manière réalisable. Certes, certaines mesures vont apporter un changement dans la vie des Mauriciens, mais il faudra attendre pour les autres. » Pour l’économiste, le Budget 2016-2017 contient des mesures qui consolideront et renforceront l’économie, mais il reste quand même sceptique sur d’autres. « Par exemple, cela reste à voir si vraiment tous les jeunes auront un travail. Si c’était vraiment aussi facile, il n’y aurait pas de chômeurs ! »

Pour sa part, le président du Mauritius Council of Social Service (MACOSS), Geerish Bucktowonsing, est très optimiste. « Surtout pour ce qui est de l’élimination de la pauvreté. La mise en application des recommandations du plan Marshall est un grand pas dans la bonne direction. »

Idem pour Jayen Chellum, de l’Association des consommateurs de l’île Maurice (Acim), qui estime que les mesures phares annoncées pour l’élimination de la pauvreté sont très intéressantes. « C’est sûr qu’une amélioration de leurs conditions de vie permettra aux familles démunies de sortir de leur précarité et de permettre à leurs enfants d’aller à l’école ». Toutefois, il déplore que certaines mesures attendues n’y figurent pas, dont le Consumer Protection Bill.


Jeunes et emplois

La création d’emplois est un des dix axes du budget. Les mesures sont censées permettre à 21 400 jeunes sans emplois de trouver un travail dans le court terme. Cela inclut : une formation technique pour 4 000 jeunes sous le National Skills Development Programme ; dont un millier dans les secteurs tels que les Tic, le tourisme, le corps des infirmiers et le personnel paramédical, et le secteur de la construction.

Une allocation mensuelle de Rs 5 000 sera payée aux stagiaires. 1 200 jeunes seront formés pour travailler sur les bateaux de croisière et la marine marchande. Un programme spécial permettant à 200 ingénieurs d’acquérir de l’expérience dans le secteur public. 2 000 jeunes seront employés sous le Youth Employment Programme (YEP) et 7 200 autres trouveront de l’emploi dans le service public. Grâce aux mesures annoncées 7 000 nouveaux jobs peuvent être créés.

Sécurité routière

Un système de surveillance centrale sera aménagé pour gérer la sécurité routière, de même qu’une loi cadre pour les auto-écoles. Les pénalités imposées pour les infractions au code la route seront revues à la hausse. Les examens pour l’obtention d’un permis de conduire pour voitures ou motocyclettes deviendront plus difficiles et stricts. Les tests de fitness seront améliorés pour réduire le temps d’attente pendant la révision.

Fourniture d’eau

7 000 foyers bénéficieront de citernes d’eau subventionnées. Une somme de Rs 35 millions a été prévue à cet effet. Un investissement massif de quelque Rs 3,7 milliards est prévu pour résoudre le problème de distribution d’eau. Cette somme servira au remplacement des tuyaux défectueux à Beau-Bassin, Rose-Belle, Rivière-du-Rempart, Lallmatie, Roche-Bois, Plaine-Verte et Surinam.

Dans le but d’améliorer la fourniture d’eau, la Central Water Authority (CWA) investira dans des équipements pour augmenter la capacité de traitement et de stockage. L’organisme construira des Strategic Service Reservoirs de même que de nouveaux réservoirs. Dans le long terme, l’organisme adoptera des technologies de pointe pour réduire ses coûts d’opération et devenir plus rentable.

Law and order

Un investissement massif dans les équipements et dispositifs pour assurer l’ordre public. Décaisse­ment de Rs 8,7 milliards pour la force policière. La TVA sur les équipements de vidéosurveillance est abolie. Construction d’une nouvelle Police Academy au coût de Rs 292 millions dans la région de Réduit/ Ébène. Un système d’urgences centralisé regroupant la police, le Samu et le service d’incendies sera installé au coût de Rs 50 millions. Des smarts cameras seront placées dans plusieurs régions sensibles, de même que des détecteurs de mouvements pour combattre la criminalité. Est aussi prévue la construction de six nouveaux postes de police et de deux nouveaux centres de détention.
Lutte contre la pauvreté

Lutte contre la pauvreté

La lutte contre la pauvreté est une des grandes priorités du budget. 6 400 familles vivent en-dessous du seuil de pauvreté absolue. Un plan Marshall a été lancé à cet effet. À partir du 1er décembre 2016, les familles ayant des revenus mensuels dans la fourchette de Rs 2 720 à Rs 9 520 bénéficieront d’une aide sociale. Des cash rewards seront octroyés aux enfants issus de familles vulnérables qui réussissent leurs études. Rs 15 000 pour pour ceux qui auront complété leur Grade 9 (Form III), Rs 25 000 pour ceux décrochant le School Certificate et Rs 35 000 pour ceux terminant le Higher School Certificate.

CSR

50 % du fonds Corporate Social Responsibility (CSR) des entreprises privées seront allouées à la National CSR Foundation. Cette contribution pourra s’élever  jusqu’à 75 % l’année suivante. La fondation sera codirigée par l’état et le secteur  privé. Le but est d’exercer un meilleur contrôle sur les fonds alloués aux organisations non gouvernementales.

De plus, l’État subventionnera les frais d’examens pour les enfants issus de familles pauvres qui refont leur SC ou HSC. La subvention mensuelle pour les crèches passe de Rs 1 500 à Rs 2 000 par enfant et le meal allowance pour les enfants inscrits dans les écoles ZEP passe de Rs 40 à Rs 60.

Santé

Avec Rs 10,9 milliards, les services de santé bénéficient d’une dotation budgétaire en hausse de 12 %. Parmi les projets annoncés : la construction d’un nouvel hôpital pour remplacer l’actuel ENT à Vacoas ; extension de l’unité de cardiologie de l’hôpital Victoria pour accueillir davantage de patients et ainsi réduire la liste d’attente ; Rs 121 millions pour la rénovation de l’hôpital SSR à Pample­mousses et un nouvel hôpital des yeux à Moka.

Un nouvel hôpital régional est aussi envisagé à Flacq. Le recrutement de 255 personnes dans les services paramédicaux et 570 personnels de soutien. Un nouveau programme de vaccination sera lancé pour prévenir le cancer du col de l’utérus et la création d’un nouveau laboratoire d’analyses. Rs 250 millions sont prévues pour l’achat d’équipements de haute technologie et Rs 25 millions pour la mise en place de nouvelles unités de dialyse à l’hôpital communautaire de Montagne-Longue et à l’hôpital Dr A.G. Jeetoo à Port-Louis et à celui de Pamplemousses.

Accès au logement

Un budget de Rs 1 milliard a été attribué pour la construction de 1 000 unités de logements sociaux destinés à ceux qui vivent dans l’extrême pauvreté et 1 900 unités pour les familles à faibles revenus. 16 sites ont été identifiés à travers l’île. Chaque logement sera d’une superficie de 50 mètres carrés. Rs 155 millions pour la rénovation des complexes NHDC. Le seuil d’éligibilité pour prétendre à un appartement de la NHDC passe de Rs 10 000 à Rs 20 000.

Les familles pourront acheter les lopins municipaux sur lesquels ils vivent pour une somme symbolique de Rs 2 000. Ceux achetant un appartement entre le 1er septembre 2016 et le 30 juin 2020, d’une valeur ne dépassant pas Rs 6 millions, seront exemptés de frais d’enregistrement. L’achat d’un premier terrain d’un maximum de 20 perches coûtant moins de Rs 2 millions sera exempté de frais d’enregistrement. Les promoteurs immobiliers seront exemptés du Land transfer tax jusqu’en 2020 pour la vente des maisons ne dépassant pas Rs 6 millions. D’autre part, les Mauriciens ayant contracté un emprunt pour la construction/ l’achat d’une première maison pourront déduire les intérêts imposables de leurs revenus.

Le plafond pour le remboursement de la TVA sur l’acquisition d’un nouveau logement ou appartement passe de Rs 300 000 à Rs 500 000.

Baisse des prix

Une des mesures sociales phares du Budget 2016-2017 est la baisse du prix du gaz ménager. Ainsi, la bonbonne de 12 kilos est passée, depuis samedi 30 août, de Rs 330 à Rs 270. Cette mesure populaire vise surtout à alléger le fardeau des ménages. De plus, depuis samedi, quelque 368 produits sont exemptés à hauteur de 95 %. L’objectif est d’augmenter le pouvoir d’achat. Ainsi, il n’y aura plus de taxe sur l’habillement dont les T-shirts, chemises, chaussures, pantalons et robes. Sont aussi concernées couches et lingettes, les ustensiles de cuisine en aluminium, en porcelaine, en verre et les couverts de table. De plus, à partir du 1er septembre, les boîtes de céréales ne seront plus frappées par la taxe.

Marché de l’automobile

En ligne avec les engagements du pays de protéger l’environnement, l’achat de véhicules hybrides est encouragé. Parmi les mesures incitatives annoncées, la suspension de la taxe carbone introduite en 2011, une baisse des droits d’accise de 55 % à 50 % pour les voitures entre 1001 cc et 1600 cc et baisse de 30 % des droits d’accise sur les voitures hybrides. Sont aussi prévues l’abolition des droits d’accise sur les véhicules électriques jusqu’à 180 kw et baisse de 5 % du facteur d’ajustement utilisé par la douane pour le calcul de la valeur des véhicules de seconde main importés.

Aide aux handicapés

Il n’y aura plus d’âge limite pour bénéficier de la pension d’invalidité. Quelque 3 300 cas vont ainsi être pris en considération avec une dotation spéciale de Rs 100 millions. Les enfants de moins de 15 ans souffrant d’un handicap pourront faire une demande pour la pension d’invalidité. Les élèves avec des besoins spéciaux auront une bourse pour poursuivre des études à Maurice. Ces élèves recevront également une somme de Rs 5 000 mensuellement. Rs 90 millions sont aussi prévus pour les organisations non gouvernementales travaillant avec des enfants ayant des besoins spéciaux.