Brinda Chiniah-Bungaroo : « J’ai trouvé le bonheur dans la cuisine »

Par Rajmeela Seetamonee O commentaire
Brinda Chiniah-Bungaroo

Brinda Chiniah-Bungaroo est un fin cordon-bleu. La Mauricienne, qui réside en Angleterre, a commencé par poster des photos de ses recettes sur les réseaux sociaux, il y a deux ans. Aujourd’hui, elle est invitée à participer dans des événements culinaires et à donner des cours.

Le parfum des épices qui embaume la maison. C’est ce que retient Brinda Chiniah-Bungaroo de son enfance à Rose-Belle. « Ma mère est femme à foyer. Elle a consacré sa vie à s’occuper de ses enfants et de son époux. Elle nous prépare des plats savoureux. Elle n’hésite pas à écraser des épices et des condiments sur sa “ros cari” », relate-t-elle. Brinda Chiniah-Bungaroo grandit en contemplant sa mère cuisiner et lui emboîte le pas.

Dans chacun de mes plats, il y a une touche mauricienne. Les épices et les condiments sont omniprésents. Ces saveurs authentiques me rappellent mon enfance »

Après avoir terminé ses études secondaires, elle prend de l’emploi dans une entreprise familiale. Quelque temps après, elle décide de suivre des cours en nursing. Mais elle perd vite intérêt et reprend son travail. Puis, elle fait la connaissance de son futur époux, Dharma. Ils ne tardent pas à officialiser leur union.

« Mon époux réside en Angleterre. Après notre mariage, je l’ai suivi. Cette année, cela fait vingt ans que je vis dans ce pays », raconte-t-elle avec le sourire. La nouvelle mariée poursuit ses cours et devient Ward Sister dans un hôpital. En 2007, le couple Bungaroo se met à son propre compte. Il ouvre un hospice. Pour mieux gérer les affaires, Brinda suit une formation en gestion et en leadership.

Entre-temps, elle invite des proches et des amis pour un repas. Ses convives complimentent ses mets. « Ils me demandent sans cesse les recettes ou des astuces pour réussir un plat. Ainsi, en 2015, j’ai décidé de partager mes recettes et des photos sur ma page Facebook. Mais je ne savais pas que cela allait être un succès. Je recevais de nombreux messages de soutien », dit-elle.

Au fur et à mesure, elle développe de nouvelles idées et met en avant la cuisine mauricienne. Elle n’hésite pas à faire aussi de la cuisine fusion. « Dans chacun de mes plats, il y a une touche mauricienne. Les épices et les condiments sont omniprésents. Ces saveurs authentiques me rappellent mon enfance », fait-elle comprendre.

Elle prépare un menu ou un mets une fois par semaine avant de le partager avec ses amis virtuels. Des napolitains, du vindaye, des caris, des gâteaux piment, des samoussas, des soupes, etc. sont proposés. Les techniques apprises lors des cours de photographie l’aident à mettre en lumière la richesse culinaire de Maurice.

« Je mets également l’accent sur des repas sains et équilibrés sans pour autant délaisser le goût. Cuisiner et manger deviennent alors un plaisir. J’utilise des produits et des ingrédients de saison et toutes les recettes sont faciles à réaliser », indique-t-elle. Elle concocte aussi des repas à thème, notamment pour Divali et Halloween. En 2016, elle commence aussi à filmer les préparations. « J’essaie de m’améliorer au fil du temps », poursuit-elle.

Grâce aux réseaux sociaux, Brinda Chiniah-Bungaroo fait la connaissance d’autres passionnés de cuisine. Elle est invitée lors des événements culinaires pour faire montre de son talent. Elle développe graduellement un réseau de contacts. Elle organise également des dîners de charité. La somme récoltée est ensuite reversée aux nécessiteux.

L’échoppe de Brinda lors d’une démonstration culinaire au Bristol Farmers Market.

 Cette année, elle ajoute une autre corde à son arc. Le site populaire The Chefs’ Forum l’invite à partager sa passion avec des étudiants. Depuis, elle anime régulièrement des causeries. Elle propose aussi des épices. « Je me suis lancée tout récemment dans cette aventure. La majorité des clients sont des Anglais », fait-elle observer.
Il lui est, certes, difficile de jongler entre ses différentes responsabilités.

« J’ai trouvé le bonheur dans la cuisine. Donc, je fais de mon mieux pour assurer un équilibre dans mon quotidien », fait-elle observer. Outre le fait de cuisiner, elle aime aussi la décoration intérieure, le shopping et découvrir de nouveaux endroits.