Bérenger : «Rendez publique la lettre du GM aux Portugais»

By DEFIMEDIA.INFO . O commentaire //
Paul Bérenger

La Financial Services Commission (FSC) doit rendre publique la lettre que les autorités mauriciennes ont envoyé à leurs homologues portugais pour demander s’il y a eu enquête ou pas sur Alvaro Sobrinho, ainsi que la réponse reçue. C’est ce que réclame le leader du MMM, Paul Bérenger, qui était en conférence de presse, samedi 11 mars, à ébène.

Au sujet du communiqué de la FSC, dans lequel le régulateur indique avoir référé l’affaire à la police, Paul Bérenger déplore qu’il ait été émis le jour où Alvaro Sobrinho a repris l’avion. « S’il y a vraiment une déposition à la police, qui l’a consignée ? » s’est interrogé le leader du MMM. Il a été très critique sur le fait qu’une Investment Banking Licence et d’autres permis auraient été accordés à Alvaro Sobrinho. « C’est bien mauvais pour l’image du secteur offshore. Vous croyez que l’Union Européenne, les états-Unis et l’Inde ne suivent pas de près ces choses-là. Tôt ou tard, nous allons savoir qui est derrière tout cela », dit-il.

Le leader du MMM allègue détenir des informations selon lesquelles l’homme d’affaires angolais aurait formulé une demande verbale à la Banque de Maurice pour l’obtention d’une Banking Licence. « Selon mes informations, on lui a fait comprendre qu’il ne l’aura pas, tout en lui disant de faire, quand même, sa demande officielle. Mais il ne l’a pas fait. Il s’est tourné vers la FSC », a déclaré Paul Bérenger.

En ce qui concerne le dossier Chagos, Paul Bérenger avance qu’il y a eu trois rencontres, depuis les dernières élections générales, entre les hauts officiels mauriciens et britanniques. Le Mentor Minister’s Office a émis un communiqué, le 8 mars, indiquant que le progrès n’est toujours pas satisfaisant. « La population a le droit de savoir où on en est concernant le dossier. Selon mes renseignements, les Anglais ont fait une contre-proposition pour une cogestion des Outer islands, c’est-à-dire toutes les îles, à l’exception de Diego Garcia. L’île Maurice doit refuser », dit-il.