À Baie-du-Tombeau : elle se fait tabasser par ses camarades à l’école

Par Najette Toorab O commentaire
Marie Françoise

Marie Françoise, membre de la Parent Teachers Association d’une école primaire de Baie-du-Tombeau, s’est tournée vers l’équipe d’Xplik Ou k. Sa fille, en Grade 6, a été battue par d’autres élèves de cette école après les heures de classe.

Lundi, 5 février. Il est 15 h 15. Marie Françoise se rend à l’école pour une rencontre avec les membres de la PTA. En franchissant la porte, des élèves lui rapportent que sa fille aînée se fait agresser par des élèves dans la cour de récré. « J’ai vu un groupe qui se battait un peu plus loin et plusieurs filles qui cognaient sur ma fille.

J’ai dû intervenir pour la sortir de là. Ensuite, j’ai cherché à joindre le maître d’école, son assistant et le responsable de la classe de ma fille, mais ils étaient déjà partis. Je me suis rendue directement au poste de police de la localité pour faire une déposition. Le lendemain, la main de ma fille était enflée et des policiers m’ont dit de me rendre à l’hôpital munie d’une Form 58 », raconte la maman bouleversée en compagnie de sa fille au visage boursouflé et couvert de bleus.

« Depuis ces dernières années, le nombre de cas de violence dans les écoles ne cesse d’augmenter, ajoute Marie Françoise, furieuse. L’an dernier, il y avait un enfant qui trimballait une arme tranchante. Puis, un élève a été irrespectueux envers ma cadette et j’ai dû intervenir. Là, c’est au tour de ma grande d’être brutalisée. C’est scandaleux. Le ministère doit absolument remettre de l’ordre dans cet établissement. »

Campagne de sensibilisation

Sollicité, Deenesh Seeharry, l’attaché de presse du ministère de l’Éducation, dit être au courant des problèmes de cette institution.

« Selon les renseignements auprès de la direction, il y avait une compétition de volleyball après les heures de classe ce jour-là, et une bagarre a éclaté à cause du ballon. On prend les choses en main au niveau du ministère et le cas de la fille de Marie Françoise a été référé au niveau des forces de l’ordre également. Une enquête a été ouverte non seulement concernant l’accident qui a eu lieu lundi, mais aussi sur le nombre de cas qui ne cesse d’augmenter ces dernières années. Il y aura une campagne de sensibilisation, concernant le bon comportement et le respect d’autrui, auprès des élèves de cet établissement. La plainte a bel et bien été prise en considération au ministère de l’Éducation. Nous apportons aussi un soutien à la victime », rassure-t-il.