Attentat à la pudeur : peine de prison suspendue pour un ex-manager

Par DEFIMEDIA.INFO . O commentaire
Cour intermédiaire

Un ex-manager, qui avait attenté à la pudeur d’une cleaner, a été condamné à un an de prison devant la cour intermédiaire.

La peine a été suspendue en attendant un rapport social pour voir si l’accusé est éligible à faire des travaux communautaires. L’accusé a été jugé coupable par le magistrat Vijay Appadoo. Une audience dans cette affaire est prévue le 23 novembre.

Cet ex-manager, habitant Vacoas, est âgé d’une quarantaine d’années. Employé d’une chaîne de restauration rapide, il avait plaidé non coupable. Selon l’accusation, il avait attenté à la pudeur d’une cleaner sur leur lieu de travail à Beau-Bassin.

Attouchements sexuels

Le délit remonte au 9 avril 2014. Déposant en cour, la plaignante, âgée d’une vingtaine d’années, a raconté qu’elle se trouvait dans les toilettes des dames. Une ampoule électrique ne fonctionnait pas. L’accusé avait également été informé de la situation et s’est rendu aux toilettes. Selon la plaignante, c’est alors que l’accusé l’a tirée par ses vêtements et l’a embrassée. Elle déclare s’être enfuie.

La plaignante ajoute que son supérieur a récidivé quelques minutes après. Une fois de plus, elle s’est enfuie et a informé un autre supérieur qui lui a conseillé de porter plainte.

Dans son jugement, le magistrat souligne que, tout au long du procès, la plaignante a maintenu sa version et a expliqué clairement comment elle a été victime d’attouchements sexuels. Le magistrat ajoute que l’accusé n’a pas nié les accusations portées contre lui.

Avant l’énoncé de la sentence, le magistrat dit avoir pris en considération le casier judiciaire vierge de l’accusé. Ce dernier dit avoir perdu son emploi, et ses seize années d’ancienneté au sein de cette chaîne de restauration, à la suite de cette affaire. Il a présenté des excuses et a réclamé l’indulgence de la cour.