Après avoir échoué à ses examens : une adolescente se pend dans sa chambre

Par Ellvina Nallan, Irfaad Olitte O commentaire

Pour éviter les railleries de ses amies, une ado de 15 ans qui vient de passer les examens de Form IV s’est pendue à l’aide d’un foulard. Après avoir échoué, elle ne voulait pas redoubler. « Mo ban kamarad pou fer boufon ar mwa », avait-elle laissé entendre avant de commettre l’irréparable. Récit.

Chez de nombreux étudiants, les  résultats scolaires signifient angoisse et inquiétude. Si pour certains, c’est la joie et le sentiment du devoir accompli en apprenant qu’ils ont réussi aux examens, pour d’autres c’est la tristesse. Parfois, c’est en larmes qu’ils quittent l’établissement scolaire munis de leur ‘Result Slip’ portant la douloureuse mention de «Failed».  

L’échec peut même provoquer un acte de désespoir. Cela a été le cas pour Trisha (prénom modifié), 15 ans. Le quartier où elle habitait, dans le nord de l’île, est en émoi après son décès survenu à la mi-journée de lundi. Son cadavre a été découvert noué à un «horni», suspendu à un tuyau en métal.

C’est la sœur de la victime qui a fait la découverte macabre. Elle a aussitôt alerté ses proches. Sa mère, qui se trouvait sur son lieu de travail est rentrée d’urgence. C’est d’ailleurs elle qui a permis à comprendre les causes de cette tragédie.

Lundi matin, cette femme de 34 ans avait accompagné sa fille au collège pour récupérer ses résultats. Elle ignorait que le plus dur était à venir. Au terme de cette année scolaire, sa fille ne pouvait être promue en Form V,  car elle a échoué dans la plupart des matières. Mère et fille étaient sous le choc.

Au collège, les enseignants ont informé Trisha qu’elle sera contrainte de redoubler la Form IV. L’adolescente ne l’entendait de cette oreille.  En route pour la maison, sa mère devait lui faire comprendre qu’elle n’aurait d’autre choix que de suivre les conseils de ses enseignants pour pouvoir ensuite accéder en Form V. Mais la fille n’en démordait pas. Elle considérait comme un déshonneur d’avoir à redoubler la Form IV. « Si mo pou double mo bann kamarad kan pou kone monn fel zot pou riy mwa, zot pou takinn mwa, zot pou fer boufon ar mwa. »

La mère a essayé de ramener sa fille à la raison, mais cette dernière ne voulait rien entendre. Elle a expliqué à sa fille qu’elle reprendra la discussion plus tard étant donné qu’elle devait regagner son lieu de travail.

Rencontrée à son domicile, la mère de Trisha s’est confiée au Defi Quotidien. « J’avais dit à ma fille que si elle ne voulait pas refaire la Form IV, on allait respecter sa décision, je lui ai alors demandé d’attendre que je rentre du travail pour prendre une décision », confie-t-elle en larmes. Elle a du mal à accepter cette cruelle réalité. « Jamais au grand jamais je n’aurais pu imaginer que ma fille allait commettre un tel acte », murmure-t-elle entre deux sanglots.

Pour elle, « c’est une fille très joviale qui s’en est allée. » Son époux essaye de la consoler, mais tous deux sont très abattus par la perte tragique de leur fille, partie à la fleur de l’âge. La maman avance qu’elle était prête à respecter la décision de sa fille.

La police a déjà recueilli la version de la mère de la victime. L’enquête suit son cours.