Appel à solidarité : Pooja recherche un logement et un emploi

Par Jean-Laurent Moothooveeren O commentaire
Pooja

Victime de violence conjugale, Pooja ne peut non seulement plus supporter les coups d’un mari alcoolique, violent et infidèle, mais aussi, elle ne peut plus voir ses enfants souffrir. Elle cherche du boulot et un toit.

Elle vit un véritable drame depuis 10 ans. Nous avions évoqué son cas dans nos pages Xplik ou K dans notre édition du 5 décembre. Pooja, âgé de 31 ans, mère de trois ans, dont l’un atteint de dystrophie musculaire, relatait qu’elle est victime de violence domestique de la part d’un conjoint violent, alcoolique et infidèle.

« Cela fait 16 ans que nous sommes mariés. Nos relations ont commencé à dégénérer depuis que mon conjoint entretient des relations extraconjugales. Nous faisons chambre à part depuis cinq ans.» La mère, soucieuse d’assurer le bien-être de sa fille et de son fils scolarisés, ajoute que les enfants et elle-même étaient à la merci du père et mari, vu qu’ils habitaient dans deux chambres lui appartenant. À chaque dispute, les coups pleuvaient et le mari finissait par mettre mère et enfants dehors, pour ensuite les supplier de retourner au domicile familial.

« J’en ai assez de voir mes enfants souffrir d’une telle situation et de devoir subir les coups de cet homme. Chaque fois, il me faut courir me réfugier dans un shelter. Le comble, c’est que quand il a fini de passer sa colère sur moi, il s’en prenait aussi à notre fils handicapé qui ne peut bouger à cause de sa maladie. Les médecins m’ont dit qu’il n’avait pas longtemps à vivre, car il n’y a pas de guérison à cette maladie. Malgré le Protection Order obtenu de la justice, les coups n’arrêtent pas. Je souhaite donc trouver une maison pour un loyer ne dépassant pas Rs 3 500 où les enfants pourront vivre en paix. Je souhaite aussi me trouver un emploi à temps partiel, car je dois être à la maison à 15h quand mon fils rentre de son école spécialisée », supplie la maman.

L’appel a été relancé sur les ondes de Radio Plus, jeudi matin. Tous ceux et celles qui veulent aider cette famille en détresse sont priés de contacter notre rédaction ou Najette sur le 208 6002. Rappelons que Pooja recherche un petit logement dans les régions de Port-Louis, Résidence Vallijee, Pointe-aux-Sables, Gros-Cailloux, Bambous.

L’appel à solidarité est lancé, à nos lecteurs, auditeurs et internautes d’accomplir un miracle.