Allégations de Peroomal Veeren - Le Premier ministre : «Une blague de très mauvais goût»

Par Patrick Hilbert O commentaire
Pravind Jugnauth

Les déclarations de Peroomal Veeren devant la Commission d’enquête sur la drogue, le jeudi  10 août, sont « fermement et catégoriquement » démenties par le Premier ministre, Pravind Jugnauth.

Le prisonnier condamné à 34 ans de prison pour trafic de drogue a soutenu sous serment avoir financé la campagne électorale de Pravind Jugnauth contre la promesse que son procès soit rouvert. Il a ajouté que Pravind Jugnauth, Mahen Gowressoo et Geanchand Dewdanee financent l’importation de drogue. « Rien de plus ridicule  », laisse-t-on entendre au Bureau du Premier ministre.

À sa descente d’avion à l’issue de son voyage à Rodrigues, Pravind Jugnauth a déclaré que ces allégations « du prisonnier Peroomal Veeren sont une blague de très mauvais goût. Ce sont des faussetés qu’il a débitées devant la commission ».

Le Premier ministre a rencontré la presse dans le VIP lounge de l’aéroport de Plaisance. Ce sont des propos d’autant plus infondés que « tout le monde voit à quel point je suis déterminé à démanteler le réseau de la mafia de la drogue. De jour en jour, on voit qu’il y a des saisies de drogue et de grosses sommes d’argent qui servent à en acheter comme jamais il n’y en a eu dans le passé ».

Les motivations de Peroomal Veeren sont multiples, selon le chef du gouvernement. « Leur réservoir s’assèche. Ses allégations ne m’intimident pas du tout et ça ne ralentira ni mon travail, ni ma détermination, ni ma conviction à nettoyer l’île pour protéger nos citoyens et surtout nos jeunes et nos enfants. » Et d’annoncer qu’il y aura encore d’importantes saisies de drogue. « Les gens réaliseront qu’il doit faire quelque chose quand son réseau est démantelé jour après jour, quand son argent ne rentre plus en m’attaquant ou en essayant de ralentir les choses. »

Interrogé par rapport aux allégations de Peroomal Veeren sur le fait que ses avocats sont proches du gouvernement, Pravind Jugnauth précise  sa position: « Je parle pour les allégations faites à mon encontre. Je ne peux que parler pour moi et non pour les autres ».

Le Premier ministre réitère sa confiance dans la Commission d’enquête et espère qu’elle ira au fond des choses. « Je m’attends à ce que la véracité des faits et détails de Peroomal Veeren soient déterminés. »

Un communiqué émis par le Bureau du Premier ministre en début de soirée indique le stand de Pravind Jugnauth : « Le Premier ministre continuera à combattre le trafic de drogue dans le pays et traquer les marchands de la mort. Aucune tentative d’intimidation ou de dénigrement planifié ne pourra l’empêcher d’accomplir sa mission de libérer le pays et, surtout, les jeunes du fléau de la drogue et des activités criminelles des trafiquants. En conséquence, le Premier ministre décidera de la marche à suivre ».


Collendavelloo : « Veeren ne m’a pas financé »

« Je ne sais pas qui il a financé. En tout cas, ce n’était pas moi. D’ailleurs, je n’ai eu aucun financement pour les élections », a affirmé le leader du Muvman Liberater.

Gungah : « Je connais mon leader »

 « Ce ne sont que des allégations. Nous faisons notre travail en toute transparence. Je connais mon leader. Peu importe quelle personne jette de la boue sur lui, il s’en sortira et continuera à travailler pour le pays », soutient le ministre du Commerce, Ashit Gungah.

Bhadain : « Pas au courant »

Roshi Bhadain dit ne pas savoir si le MSM a bénéficié d’un financement de Peroomal Veeren pour les législatives de décembre 2014. Selon lui, les financiers discutent directement avec les leaders .

Gowressoo : « Hors du pays en décembre 2014 »

« Boug la pe koz ninport ! Je n’étais pas au pays en décembre 2014 et je n’ai jamais rencontré Peroomal Veeren. Pourquoi n’a-t-il pas remis l’argent directement à Pravind ? » s’est interrogé Mahen Gowressoo.