Air Mauritius : taux de change et prix du carburant plombent les bénéfices

Par Vijayan Ayassamy O commentaire
Paille-en-Queue Court

Une réduction des bénéfices de 58,5 % a été notée au cours du premier semestre pour le groupe Air Mauritius. Bien que le nombre de passagers ait grimpé de 6 %, les dépenses opérationnelles ont augmenté de 4,3 %  en raison d’un prix élevé du carburant et d’un taux de change défavorable. Le second semestre s’annonce difficile malgré un accroissement prévu  dans le trafic  avec  la mise en opération de nouveaux appareils.

Le groupe a affiché des profits de 6,6 millions  d’euros (environ Rs 264 millions) contre 15,9 millions d’euros (environ Rs 636 millions), pour la période correspondante en 2016. Le nombre de passagers a progressé passant à 810 239 contre 759 957. La capacité de sièges enregistre une augmentation de 7 % à un peu plus d’un million, diminuant ainsi le coefficient de remplissage de 80,6 % à 79,3 %. Le fret a connu un bond de 27,5 %.

Les revenus d’opérations ont grimpé de 3,5 % à 251,8 millions d’euros (environ Rs 1 milliard). Les frais opérationnels ont augmenté de 4,3 %, soit 223,8 millions d’euros (environ Rs 0,89 milliard) en raison de la croissance de ses activités et des répercussions sur le coût du carburant.

Les résultats semestriels ont été affectés par le taux de change euro / dollar qui a augmenté de 1,07 en avril à 1,18 en septembre dernier. L’appréciation constante de l’euro face au dollar a toputefois eu un impact positif de quatre millions d’euros (environ Rs 160 millions)  sur les bénéfices d’exploitation.

Toutefois,  la conversion de tous les actifs et passifs inscrits au bilan, le 30 septembre dernier, a donné lieu à des pertes de change non réalisées  7,5 millions d’euros (environ Rs 300 millions).  La totalité des avoirs totaux des actionnaires s’élevait à 91,2 millions d’euros de mars à  96,2 millions d’euros (environ Rs 3,8 milliards). La valeur nette par action est ainsi passée de Rs 34.04 à Rs 37.66.

En matièren de perspective, la direction estime que les prix courants du carburant affecteront ses résultats. Elle est aussi tributaire du taux de change des devises. L’arrivée de nouveaux opérateurs favorise une concurrence plus rude. Toutefois, la mise en opération de deux nouveaux Airbus, dont le second est prévu fin novembre, apportera davantage pour l’expérience des passagers. Avec d’autres projets qui seront mis en œuvre, ces appareils devront stimuler le trafic et réduire les frais opérationnels.