Aide sociale : Yvette se présentera pour la 6e fois devant le tribunal médical

Par Raj Bissessur O commentaire
Yvette

Vous souvenez-vous du cas d’Yvette, 32 ans, la femme à qui les médecins ont inséré quatorze vis et deux barres de métal à la colonne vertébrale ? C’est un cas qui a été rapporté en septembre 2017 et qui reste sans dénouement heureux.

Yvette a été opérée à la colonne vertébrale le 16 janvier 2014. Le 13 juillet, elle a subi une deuxième intervention chirurgicale, cette fois à l’épaule. Comme elle ne peut travailler, cette mère de famille avait sollicité une aide sociale, le temps de sa convalescence. Malgré toutes les promesses faites par le ministre de la Sécurité sociale en personne, la dame n’a pas reçu un seul sou d’aide sociale. « C’est lamentable », s’insurge-t-elle.

Suite au cri de cœur d’Yvette dans l’émission Xplik Ou K, le ministre Étienne Sinatambou était intervenu pour demander ses coordonnées afin de la contacter hors antenne et pour voir ce qui pouvait être fait pour elle. Yvette dit que le ministre a effectivement pris contact avec elle. Mais trois mois après, elle attend toujours que la promesse se concrétise en cette aide sociale dont elle a tant besoin.

Le mari d’Yvette est chauffeur pour un institut éducationnel, mais ses revenus ne suffisent pas pour assurer toutes les dépenses encourues par la famille qui compte quatre membres (le couple a deux enfants). «Au temps où je travaillais (dans une charcuterie), ça allait. Maintenant, ce n’est plus le cas. Souvent, il nous manque de l’argent pour des choses importantes, pour les médicaments », déclare la jeune femme.

Aide le temps de la convalescence

Dans ses démarches pour obtenir une aide sociale, Yvette s’est présentée devant un tribunal à cinq reprises, la dernière datant du 10 août. Mais à chaque fois, sa demande est rejetée.

Motif  : elle ne souffre pas d’une incapacité d’au moins 60 %. Pourtant, elle a été opérée à la colonne vertébrale et elle peut à peine faire quelques pas...

« Si les personnes qui siègent à ce board savaient ce que je ressens », déclare Yvette. Elle ajoute : « Je ne demande pas la charité, juste une aide le temps de ma convalescence. Une fois rétablie, je compte reprendre mon travail. »

Ce mercredi 22 novembre, Yvette se présentera pour la 6e fois devant le tribunal médical. Elle espère que les membres du tribunal prendront conscience que, quand on a quatorze vis et deux barres en métal dans le dos, vos capacités physiques sont vraiment limitées.