Agression à Souillac : Ornella, 18 ans, ne verra pas naître son enfant

Par Kendy Antoine O commentaire
Murielle

Ornella, 18 ans, se faisait une joie immense de devenir mère pour la première fois. Enceinte de huit mois, la jeune femme avait tout préparé pour la naissance de son fils, avec l’aide de ses proches. Mais à trois semaines de l’accouchement, un terrible malheur a frappé.

Ornella a soufflé ses 18 bougies le samedi 16 septembre, à Souillac. Mais alors que ce jour devait être un moment de joie pour la jeune femme enceinte de huit mois, elle a été agressée par un dénommé Brandon Perrine, 23 ans, un des invités de la soirée. Il l’a agressée à coups de pied au ventre. Le bébé n’y a pas survécu.

La date du 16 octobre 2017 restera à jamais gravée dans la mémoire d’Ornella. C’était la date à laquelle elle devait accoucher à l’hôpital Jawaharlal Nehru de Rose-Belle. À la voir sur son lit d’hôpital, Ornella paraît plus jeune. Le choc qu’elle a subi la hante encore.

Devenir maman, Ornella, alors âgée de 17 ans, s’y était déjà préparée. Elle s’imaginait berçant le petit. « J’étais surprise quand j’ai su que j’étais enceinte. Mo ti pe kontan pou gagn enn tifi. »

De jour en jour, Ornella sentait ce petit être prendre vie en elle. La jeune femme a été informée qu’elle attendait un petit garçon. « Cela m’a rassurée de savoir qu’il était avant tout en bonne santé. Ma grossesse se passait bien. »

Ornella, selon sa mère Mireille, vit séparément du père de l’enfant. « Le père du bébé habite dans l’Est. Il attendait que ma fille accouche pour vivre avec elle. » La jeune femme reconnaît qu’elle bénéficie du soutien de sa famille, qui avait déjà acheté les vêtements du petit. Elle confie que jusqu’à présent, elle n’avait pas encore trouvé un nom pour son enfant.

Le 12 septembre 2017, Ornella a atteint l’âge de la majorité. Vu que c’était un mardi, elle avait prévu de fêter l’événement le samedi 16 septembre.

La jeune femme a alors lancé les invitations. Elle avait décidé de convier Brandon Perrine, qui habite le même quartier. Ce dernier est connu pour son tempérament violent. Ornella l’a invité malgré les mises en garde de sa mère. « Monn dir li pa invit sa garson-la. Li finn dir mwa li kone so madam pou dir li vini »,  confie Mireille.

Proches et amis étaient conviés à la fête de la jeune femme. La musique à grands décibels emplissait l’atmosphère du quartier jusqu’à 2 heures du matin dimanche. « Il était déjà tard. Les invités s’apprêtaient à partir. Nou finn tegn lamizik pou nou al dormi. Brandon ti ankor lamem. Monn dir li ki laniverser inn fini. Li ti sou. Li pa finn rod ale. Linn pous mwa », relate Mireille.

Coups de pied au ventre

En voyant sa mère être malmenée par son invité, Ornella a réclamé des explications à ce dernier. Mais la jeune femme aurait subi les foudres de Brandon Perrine. « Linn zet mo tifi lor sofa ek li finn donn li kout pie dan so vant », se souvient Mireille, les larmes aux yeux. Sous les « terribles coups de pied », la jeune femme s’est tordue de douleurs.

La sœur d’Ornella est intervenue. « Il m’a frappée au visage », témoigne-t-elle. Les proches de la victime sont venus prêter main-forte. Ornella, qui saignait, a été conduite à l’hôpital de Souillac. Sa sœur l’a accompagnée. Entre-temps, la situation a dégénéré. « Brandon s’est mis tout le monde à dos. Il a réussi de trouver un couteau. Un voisin l’a désarmé, mais il a été malheureusement blessé », raconte Mireille.

La police de Souillac a été alertée et le suspect immobilisé puis placé en état d’arrestation. « À l’hôpital, j’ai subi des tests. Puis j’ai appris que j’avais perdu mon bébé », pleure la jeune femme. Dimanche, elle a subi une césarienne pour enlever le petit. Puis elle a été admise en maternité, avant d’être transférée en salle.

Lundi, Brandon Perrine a comparu devant la cour de Souillac sous une charge provisoire de coups et blessures, ayant entraîné mort d’homme. La police a objecté à sa libération conditionnelle.