Agalega : polémique entre la VoH et le père Jean-Maurice Labour

By Jean-Marie St Cyr O commentaire
Navin Unoop et Jean-Maurice Labour

Les propos du président de la Voice of Hindu, Navin Unoop, a suscité des interrogations du côté de l’Église catholique. Par le biais d’un communiqué, le père Jean-Maurice Labour, responsable du dossier Agalega dans le diocèse de Port-Louis, réfute les affirmations de la VoH.

« Voice of Hindu, mo bizin dir li haut e fort, nou fin donn nou contribisyon pou aide lasapel Agalega ». Propos attribués au président de la VoH lors de la conférence de presse diffusée dans le journal télévisé du 7 juin.

Affirmations réfutées par le père Jean-Maurice Labour, responsable du dossier Agalega au diocèse de Port-Louis. Dans un communiqué, il soutient que « nos comptes ne font état d’aucun don de la Voice of Hindu concernant la chapelle à Agalega ». Le responsable catholique se demande ainsi à quelle contribution la VoH fait-elle référence et sur l’amalgame que la VoH fait entre l’éventuel investissement du gouvernement indien à Agalega et les supposées « faveurs » faites à l’Église catholique par le mouvement.

Navin Unoop affirme, lui que la VOH aurait aidé, à plusieurs reprises, pour les travaux de rénovation de la chapelle d’Agalega. « Nous n’avons pas jugé bon de faire de la publicité autour de cela. J’ai en ma possession une lettre de remerciement d’une religieuse postée dans l’île. Elle m’a approché pour voir comment je pouvais apporter mon soutien », indique Navin Unoop.

Il précise qu’il ne veut pas faire de la politique sur une question sociale et a exprimé le souhait de rencontrer le vicaire général, le père Jean-Maurice Labour « La VoH ne prend pas position en faveur des investissements de l’Inde à Agalega, précise Navin Unoop.

En cas d’accord entre l’Inde et Maurice, tous les Mauriciens devraient pouvoir accéder à l’archipel. Il ne faut pas se trouver dans la même situation que les Chagossiens qui doivent obtenir la permission des États-Unis pour visiter l’archipel. »