Aérographie : Yonni Goah a l’art au bout des doigts

By Mario Boutia O commentaire

Ayant le don du dessin depuis sa tendre enfance, Yonni Goah fascine son monde par sa maîtrise de l’aérographie.  Des milliers de visiteurs  l’ont vu à l’œuvre lors de la récente foire des Petites et moyennes entreprises du 31 mars au 2 avril, à Mahébourg.

L’aérographe (airbrush en anglais) est un pistolet à peinture miniature  qu’on   peut utiliser pour exécuter divers travaux artistiques, allant de l’écriture,  des graffitis et autres  décorations. 

Yonni Goah s’est illustré dans l’art du graffiti. Outre la décoration murale, il fait parler son art sur les T-shirts, casquettes  et autres supports. Les visiteurs étaient fascinés par la maîtrise de son art.  Ils faisaient queue à la foire pour se procurer un T-shirt  avec leurs noms inscrits à l’aérographe. Ils avaient le choix entre  inscrivant seulement leurs noms  ou  accompagnés des dessins de leur choix. 

 En vrai professionnel, l’artiste  exécute  les commandes avec une facilité déconcertante. Fait étonnant, il   n’utilise pas de crayon pour tracer au préalable les noms ou dessins, mais les exécute directement  avec son aérographe.

« Je dessine depuis  mon enfance et j’étonnais mon entourage  avec mes dessins », souligne Yonni Goah.  Et d’avancer qu’il n’a jamais suivi des cours de dessins. « Je suis un autodidacte. » Il avoue toutefois qu’un ami français l’a  initié à l’art du graffiti.

Dans son atelier, à Petite-Rivière, où on l’a rencontré, le mardi 11 avril, Yonni nous explique que c’est sur Internet qu’il a appris les techniques de l’aérographie. Il passe des heures à faire des recherches sur la Toile.

Après huit mois de pratique, il a commencé à peindre des T-shirts pour des amis. De bouche à oreille, il a bâti une réputation dans le domaine et  depuis les commandes  ne  cessent d’affluer. Certaines personnes veulent voir leurs noms sur leurs T-shirts, d’autres veulent avoir des dessins sur leurs casquettes. Si certains aiment l’art vaporisé au pistolet, d’autres préfèrent des dessins et graffitis exécutés aux pinceaux, dont il a aussi une grande maîtrise. Par le passé, il a aussi pratiqué la sérigraphie, mais avoue préférer de loin l’aérographie. 

Modeste, Yonni Goah avoue qu’il est toujours à la recherche de son propre style.  « Il y a tellement à apprendre dans l’art de l’aérographie », fait-il comprendre. Mais perfectionniste ou pas, ses travaux ont eu un immense succès, notamment à la foire des PME l’année dernière au Caudan Water Front et récemment au Front de mer,  Sir Gaëtan Duval, à Mahébourg.  Comme on l’a dit, Yonni s’est aussi fait un nom dans  l’art du graffiti. Il a exercé ses talents pour plusieurs boîtes commerciales. Il a reproduit les logos de certains produits de renom et qui peuvent être  vus notamment au centre commercial de Bagatelle.

Notre jeune artiste  entreprend aussi la décoration intérieure des maisons, principalement pour des soirées ou pour les jeunes  qui veulent une décoration personnalisée, notamment de leurs chambres.  Il entreprend aussi des travaux de graphic design. Yonni est très reconnaissant envers la Smeda, qu’il concède  l’a aidé pour se procurer une clientèle à travers les foires qui sont organisées. Maintenant sa plus grande ambition est d’avoir un emplacement dans un grand centre commercial où il pourra travailler, tout en vendant ses produits. Actuellement, dit-il, c’est à travers Facebook  qu’il se fait une clientèle.

À souligner que Yonni est aussi un chanteur de talents. Il a fait partie du groupe NSZ.