Accident fatal à Beaux-Songes - Le chauffeur : «Le piéton a traversé subitement»

Par Ellvina Nallan O commentaire
Balraj Gangadardoss

Le nom de Balraj Gangadardoss est venu s’ajouter à la liste de ceux qui ont perdu la vie sur nos routes. Cet homme de 59 ans a été heurté de plein fouet par un van alors qu’il traversait la route Beaux-Songes-Quatre-Bornes. Il n’a pas survécu. Le chauffeur a été arrêté.

Fin tragique pour Balraj Gangadardoss. Cet agent de sécurité a quitté son domicile à Beaux-Songes lundi vers 15 heures pour se rendre au travail. Alors qu’il traversait la route principale de Quatre-Bornes-Beaux-Songes, il a été percuté par un van conduit par un tapissier de 26  ans, originaire de Camp Chapelon, Pailles. Grièvement blessé, le père de famille a été transporté à l’hôpital Victoria de Candos. Il a été admis aux soins intensifs. Le chauffeur a été conduit au poste de police de Bambous. Il a subi un alcootest qui s’est révélé négatif. Souffrant, il a expliqué qu’il donnerait sa déposition plus tard. Il a été autorisé à rentrer chez lui. Le piéton a rendu l’âme en début de soirée.

Le cadavre de Balraj Gangadardoss a été transporté à la morgue. Le rapport d’autopsie indique qu’il est mort d’un choc du à ses multiples blessures. Le chauffeur s’est présenté au poste de Bambous mardi, accompagné de son avocat. Il a donné sa version des faits aux policiers. « J’étais au volant du van, le piéton a brusquement traversé la rue. J’ai aussitôt appliqué les freins, mais il était trop tard », dit-il. Après son interrogatoire, il a comparu devant le tribunal de Bambous où il a été inculpé d’homicide involontaire. Il a été libéré après avoir fourni une caution.

L’enquête menée par le sergent Koodoruth est supervisée par l’inspecteur Prayag.

Chez les Gangadardoss à Beaux-Songes, c’est la consternation. Ajay, 39 ans, fils de la victime est bouleversé après avoir vu son père dans une mare de sang. « Des habitants de la localité m’ont informé de l’accident. Mon frère et moi nous nous sommes précipités sur les lieux. Sur place, je ne pouvais en croire mes yeux. Il y avait du sang partout, mon père était inconscient. Il a rendu l’âme quelques heures plus tard à l’hôpital. Ces images étaient horribles. Ma mère est traumatisée », dit Ajay.

Les funérailles de la victime ont eu lieu mardi à 14 h 30.

143 morts sur nos routes
Le nombre de victimes de la route ne cesse de grimper. De janvier 2017 à ce jour, les statistiques indiquent 143 morts à déplorer, soit pratiquement le nombre total de morts en 2016, au 31 décembre (144).