Accès aérien : cartographie du ciel mauricien

By Patrick Hilbert O commentaire
Accès aérien

Alors qu’un peu plus de 25 compagnies aériennes desservent la destination mauricienne sur une base régulière ou via des vols charters, 29 compagnies ayant eu l’autorisation d’atterrir à Plaisance refusent de le faire estimant que ce ne serait pas une opération rentable.

Dans son ambition de devenir un hub aérien, Maurice a mené fin décembre des négociations multilatérales avec une douzaine de pays (Brésil, Canada, Cambodge, Côte-d’Ivoire, Grèce, Inde, République de Corée, Namibie, Pologne, Seychelles, Espagne et République unie de Tanzanie) et a conclu neuf accords bilatéraux en matière de services aériens.

Plus que jamais, Maurice veut ouvrir davantage son ciel et accroître le nombre de compagnies d’aviation desservant l’aéroport international de Plaisance. Elles sont 19 à ce jour à offrir des vols réguliers et une petite dizaine à opérer des charters ne desservant pas la destination à plein temps.

Signer un accord d’accès aérien avec un pays est une chose, mais faire venir une compagnie en est une autre. Au fil des années, Maurice a signé des accords avec 51 pays, sans compter ceux qui les ont fraîchement paraphés. La grande majorité de ces accords n’ont pas été mis en pratique.

Dans certains cas, les pays signataires ont bien désigné une ou plusieurs compagnies aériennes pour assurer la liaison avec Maurice, mais ce sont ces entreprises elles-mêmes qui ont préféré ne pas aller de l’avant, estimant que la desserte ne serait pas rentable.