10 % des 16 -21 ans souffrent de troubles sexuels

By DEFIMEDIA.INFO . O commentaire

Un jeune homme sur 10 et une jeune femme sur 8 rencontreraient des problèmes sexuels persistants, dont l’éjaculation précoce, l’absence d’orgasme ou la baisse de libido. C’est le résultat d’une large étude britannique, certainement transposable aux jeunes d’autres pays.

Ce sont les chercheurs de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, de l’Université de Glasgow, de l’University College de Londres et de l’Université de Southampton qui ont réalisé cette étude, portant sur la fonction sexuelle des jeunes.

Cela en interrogeant 15 162 participants de tous âges dont 2 392 participants, âgés 16 à 21 ans entre 2010 et 2012. 1 875 des 16-21 ans interrogés étaient sexuellement actifs (71.9 %) et 517 inactifs. Leurs résultats ont été publiés dans le Journal of Adolescent Health*  (=Journal de la santé de l’adolescent) paru début août. Leurs conclusions peuvent être généralisées aux jeunes d’autres pays.

Manque d’éducation au bien-être sexuel

9,1 % des jeunes hommes et 13,4 % des jeunes femmes interviewés ont rapporté au moins un problème d’ordre sexuel qu’ils jugent pénible durant 3 mois et plus durant la dernière année.

Ejaculation précoce et troubles de l’orgasme

Chez les participants masculins, l’éjaculation précoce était le trouble le plus souvent cité (4,5 %) et chez les femmes, des difficultés à atteindre l’orgasme (6,3 %). Hommes et femmes ont cité ces troubles comme pouvant entraîner une détresse émotionnelle. Parmi les autres troubles évoqués: l’absence de libido, de plaisir, l’anxiété ou la douleur (dyspareunie) pendant les rapports sexuels, l’absence d’excitation, la sécheresse vaginale ou encore la dysfonction érectile.

Pas un problème réservé aux plus âgés

Comparé à la population générale, les chiffres montrent clairement que les dysfonction sexuelles ne sont pas «réservées» aux personnes plus âgées, même si les jeunes en souffrent moins. Ainsi 44 % des femmes âgées de 16 à 21 ans ont déjà connu un problème sexuel contre 51,2 % des femmes en population générale. Et 33,8 % des hommes de 16 à 21 ans ont déjà connu un problème sexuel contre 41,6 % des hommes en population générale.

Peu de recours à l’aide professionnelle

Seulement plus d’un tiers (35,5 %) des hommes et 42,3 % des jeunes femmes ayant un trouble sexuel ont été demander de l’aide, mais rarement auprès de professionnels. C’est principalement auprès de la famille ou d’amis que ces jeunes ont recherché conseil, ou sur Internet. Ainsi, seuls 3,6 % des hommes et 7,9 % des femmes ayant un ou plusieurs problèmes d’ordre sexuel se sont adressés à un professionnel.

L’éducation sexuelle à elle seule peut déjà faire beaucoup, en comblant les lacunes de connaissances, en rassurant les jeunes sur le fait que les problèmes sexuels sont courants et légitimes. Les responsables de l’éducation et de la santé sexuelle doivent être conscients que les jeunes peuvent être confrontés à d’autres problèmes que ceux liés à la prévention, soit à des questions au sujet de leur fonction sexuelle.